L'Esprit Boxers

Le Site des Supporters des Boxers

Interview : Cyril BOUBÉ

 

Par ce bel après-midi pluvieux, voici encore un peu de lecture.
C'est un robuste défenseur basque qui joue pour nous depuis longtemps, il s'avère aussi bavard que ces prédécesseurs  Grin, il s'agit de Cyril BOUBÉ

E.B. – Un petit bilan personnel à mi-saison ? Quelques sont les choses que tu aimerais travailler, améliorer ?
Cyril – Saison particulière. En début de saison on a un nouvel entraineur qui est arrivé, avec ses techniques personnelles pour nous faire travailler et des aléas personnels ont fait qu’il a dû partir en décembre. Sur le début de la saison je me sens bien, j’ai eu un petit moment de creux, mais il fait essayer tous les jours de progresser, de rester, on sait qu’on n’est pas les meilleurs du monde, il faut toujours toujours travailler si on veut progresser. Comme à chaque fois, je dirais que je voudrais améliorer ma vision de jeu. Pour le physique, je pense que certains matches je joue physique d’autres un peu moins, mais ça va.

E.B. – Quels sont tes objectifs et ceux de l’équipe pour cette 2ième partie de saison ?
Cyril – On a une grosse partie de saison qui va être compliquée avec les 5 matches qui suivent Lyon ce weekend, Reims, Neuilly, Anglet, Brest. Vu la physionomie de la saison, tout le monde peut battre tout le monde. Et là on a des gros matches contre des adversaires directs, donc des points à prendre à tous les matches, même un point en prolongation c’est à prendre. Il faut se battre jusqu’à la fin des matches et surtout penser à la différence des buts, au goal average direct. Pour l’équipe c’est très clair, il faut accrocher les playoffs parce que ce n’est pas facile, le 10ième est à 2 points de nous. Mais l’équipe veut absolument les playoff, on ne voit pas du tout la fin de saison sans playoffs, c’est bien notre objectif.

E.B. – Ecrasante victoire contre Amnéville, après un match « fantome » à montpellier, as-tu une explication à ce phénomène de yoyo, qui s’est déjà produit plusieurs fois cette année ?
Cyril – c’est vrai qu’on n’et pas très régulier cette année. On a un esprit d’équipe mais on n’a pas de repère, c’est pour ça qu’on n’est pas régulier, un jour on joue bien et un autre ça va moins bien. On ne peut pas prendre Amnéville comme référence, mais on a des matches comme à Nice ou à Anglet, comme contre Courbevoie ici, on a des bons matches référence quand même. Cette année, on a bien joué, on a fait la preuve qu’on peut bien faire contre de grandes équipes. Mais c’est vrai que sur des matches comme à Mont-Blanc ou à Montpellier où on est absent. On a eu ce phénomène de prendre 2 ou 3 buts d’affilée et de baisser la tête. A Montpellier, c’est vrai qu’à un moment il y avait 4-2, on a accroché le match, on a un power play 5 contre 3, mais on n’a pas marqué, ça aurait pu faire tourner le match mais ce n’est pas le cas. Mais on était aussi un peu absent physiquement, on n’était pas sur les palets, donc obligatoirement ça ne peut pas marché.
Ce phénomène de yoyo il faut que ça s’arrête, il faut que ça se stabilise, qu’on soit plus régulier pour la fin de saison

E.B. – Mont-Blanc nous a bien bloqués de cette manière. Pourquoi n’y-a-t-il pas de marquage de joueurs, à la culotte ?
Cyril – avec l’ancien entraineur (M. FOKINE) on ne travaillait pas trop le système défensif, donc forcément on manque de repère. Après ce qu’on appelle le un contre un en zone défensife, ou le « marquage à la culotte », on l’effectue, mais avec les rotations sur la glace c’est toujours difficile de garder, pendant une minute, un mec « à la culotte », de le suivre dans la zone défensive. Et de le suivre tout le temps ça sert à rien non plus. C’est vrai que des fois en défense on subit beaucoup surtout qu’il faut prendre ce qu’on appelle le 3ième homme – explication technique de Boub : un de nos attaquants soutient la défense pour prendre le 3ime attaquant adverse … (ndlr - si j’ai bien compris).

E.B. – Comment expliques-tu que l’équipe prenne autant de buts avec des défenseurs aussi solides (et deux bons gardiens) ?
Cyril – comme je l’ai dit un peu avant on avait cette réaction de baisser la tête après avoir pris 2-3 buts d’affilée, genre à Brest. Même si on veut bien faire, parce que j’estime qu’on n’a pas une mauvaise défense, il faut se dire que la D1 a bien progressé, il y a de très bons attaquants en face. On le voit sur d’autres matches il y a beaucoup de buts marqués. On doit être à -70, c’est vrai qu’on a pris beaucoup de buts. A qui la faute ? C’est toujours dur à expliquer ! quand on est sur la glace on ne veut absolument pas prendre de buts, on veut en marquer. Des fois on oublie peut-être de défendre un peu plus avant de vouloir marquer. A la base on défend et après on va marquer. Si on met tout vers l’attaque c’est sûr.

E.B. – D’après Mika, vous avez fait preuve d’une bonne solidarité à Nice, mais cela a été aussi le cas à Anglet ou contre Amnéville samedi dernier. Y-a-t-il un élément déclencheur pendant le match ?
Cyril – bon Amnéville avec 18 shots, on ne peut pas en tenir compte. Mais c’est un esprit d’équipe, c’est une ambiance, c’est une motivation, c’est un tout. On sent un match ou on le sent pas. A anglet, on sentait qu’on pouvait faire quelque chose, et à nice c’est pareil on sent que l’équipe est de suite dans le match. C’est sur que pour vous les supporters on devrait toujours être tout de suite dans le match. Mais il y a des matches où même si on gagne, on va faire un mauvais match. Et même en voulant bien faire, on sent très bien quand un enthousiasme se lit pendant le match. Il faut garder le contact au score, dans le premier, et on sent qu’on peut faire quelque chose, c’est sur que si on prend 3 buts d’entrée c’est compliqué.
Et puis l’équipe est jeune, on n’a que quelques joueurs d’expérience. Les jeunes joueurs c’est difficile de leur demander et de marquer beaucoup de buts et d’être là, dans l’esprit, si on est mené 3-0, de réagir mentalement

E.B. – Samedi en face, il y aura une « vieille » connaissance, Miroslav KRISTIN, 17 matches, 17 buts. Tu le connais, un plan spécial pour l’arrêter ?
Cyril – Miro il va rester à la ligne, écoutez bien ce que je vais dire !! … non, Miro c’est un bon joueur, patient, très bon techniquement, qui sait se placer c’est un peu Robben du hockey, il est tout le temps au bon endroit au bon moment. Il faudra se focaliser sur lui parce qu’il n’y a pas que lui, il y a de très bons joueurs, de très bons attaquants To-Landry, Lebey, Olsson. Mais Miro je sais très bien qu’il va rester fidèle à lui-même, camper à la ligne bleue par moments, et partir en break away. Il faut être vigilant, il a joué avec nous, il le faisait avec nous.

E.B. – Le début de la saison a vu partir Cyril et Nico. As-tu quels mots à nous dire sur leurs départs ?
Cyril – C’est leur décision, ça leur appartient. Moi ça me fait chier, parce que c’étaient des bons mecs, des mecs d’équipe, qui créaient une ambiance particulière, celle qui avait quand je suis arrivé à Bordeaux au tout début, cet esprit bordelais. Et puis ça m’embête qu’ils soient partis parce que ce sont de bons joueurs, ils apportaient. C’est vrai que l’ancien entraineur voulait faire son équipe à lui, avec ses joueurs, sa vision. Aujourd’hui vu l’esprit d’équipe qu’on a retrouvé,  et la physionomie de l’équipe, c’est bête qu’ils soient partis, deux jeunes qui sont bons d’esprit et qui sont bons sur la glace, ils auraient pu apporter. Nico je suis certain qu’il serait revenu au niveau même après un an d’arrêt. Aujourd’hui ils travaillent c’est peut-être au final un bon choix pour eux professionnellement.

E.B. – Si un bon génie pouvait exaucer 3 de tes vœux dans le hockey ou dans ta vie, quels seraient-ils ?
Cyril – Cette année, faire une finale en D1 à Mériadeck, la gagner ou la perdre ça c’est autre chose, mais j’aimerais bien vivre ça, avec la patinoire pleine comme la demi-finale qu’on avait fait contre Neuilly il y a deux ans, et avec le dernier match à la maison. Après la santé, c’est important. Et en dernier … gagner à l’euromillions.

E.B. – Si tu pouvais passer une journée avec 2 personnes : une qui est actuellement sur Terre, l’autre qui nous a déjà quittés. Tu choisirais qui et pourquoi ?
Cyril – Alors déjà ce sera 3 personnes ! D’abord ma copine et mon meilleur Mathieu Lecoq. Et mon grand-père, il est décédé il y a 4 ans maintenant, mais il m’apportait beaucoup, c’est un ancien sportif, rugbyman. Il était de bons conseils.

E.B. – As-tu une question à poser à l’Esprit Boxers, en général ou à un membre en particulier ?
Cyril – Je ne vais pas trop sur le site. Avant j’y allais, mais ça m’énervait, je suis franc. Après je trouve ça génial ce que vous faites, c’est le seul club en France où on voit ça, tous les weekends. Je trouve ça super vos animations, vos banderoles. Je ne connais pas de membre en particulier mais une petite question : pourquoi vous feriez pas comme les tribunes de foot, pour un match, avec les cartons rouges et noirs, dans votre tribune en face du banc des joueurs, au début du match, quand la lumière se rallume ? Ça ferait une banderole géante sur tout le fond de la patinoire !
Après je comprends très bien que vous ne soyez pas content quand on perd, que vous n’aimiez pas certains joueurs, ou que vous en préfériez certains. On a un groupe, et il faut que vous sachiez que ça nous fait très plaisir que vous veniez à chaque fois, aussi nombreux, pour nous encourager.

E.B. – As-tu quelque chose à ajouter ?
Cyril – J’espère qu’on va faire une bonne fin de saison, qu’il n’y aura pas trop de blessés, parce qu’ils sont fragiles ces petits étrangers  Grin je fais un gros bisou à tous les supporters, continuez à nous supporter, c’est génial, ça se voit pas beaucoup dans le hockey, même en élite.

Merci Cyril et bon match

 

Venez réagir sur le forum !